• English
  • Français
  • Italiano
  • Español

Communication avec le chat Isaho

isao-chat

Isaho est un chat persan de 16 ans. Virginie R. m’a appelée car s’il a toujours été propre, son comportement s’est modifié ces derniers temps : il fait régulièrement pipi dans le lit de son fils (qui a deux ans). Elle a déjà sa  petite idée mais voudrait avoir une confirmation.

Dès le début de la communication, je me rends compte qu’Isaho est un chat qui « fait les extérieurs » : il passe à toute vitesse, en prenant soin de respecter une bonne distance.

Virginie me confirme qu’Isaho n’est proche de personne, si ce n’est d’elle. Si quelqu’un tente de l’approcher, il y aura une belle tentative d’évitement !

Isaho accepte néanmoins de communiquer avec moi.

Il va bien, et m’assure qu’il n’a mal nulle part.

Je précise néanmoins à Virginie par téléphone qu’il est préférable de consulter un vétérinaire en parallèle. En effet, on ne peut jamais assurer que les maux d’un animal sont uniquement liés à ce qu’il vit et qu’il veut exprimer. Il peut y avoir une pathologie sous-jacente que l’on ne doit jamais négliger.

Il me montre un endroit très ensoleillé dans la maison. Il aime bien s’y  prélasser. Cela fait comme un puit de lumière et je sens une belle chaleur apaisante.

Virginie m’explique qu’Isaho reste souvent de longues heures dans leur  véranda, particulièrement quand il fait grand beau.

Il me montre une surface molletonnée de couleur claire. Je le vois allongé dessus et je comprends bien qu’il ressent un infini plaisir à se retrouver là.

Virginie me confirme qu’Isaho s’est approprié l’ancien matelas (bleu très clair) du lit bébé de son dernier né.

Isaho aime le calme par-dessus tout. Trop d’agitation et hop, il file ! D’ailleurs, il me montre deux jeunes garçons aux jeux brusques.

J’apprends par la suite que Virginie a effectivement deux garçons très « vivants » : Paul et Victor, 7 et 2 ans.

Je vois à présent Isaho en train de courir vers des jambes, donner deux coups de pattes et s’enfuir en courant.

Il semble apprécier les petites plaisanteries de ce genre, limite sadiques.

Un comportement tout à fait confirmé par Virginie !

Isaho tolère le dogue allemand de la maison (Tilam), mais ne s’en approche pas. Je les vois couchés à une distance raisonnable l’un de l’autre. De petits regards sans animosité, mais sans plus d’intérêt particulier non plus.

Isaho me dit que lorsque le chien est arrivé, il s’est dit « mais qu’est-ce que c’est que ce truc ??!!! » Mais il ajoute qu’il ne lui a pas trop cassé les pieds, donc ça va… !

Virginie confirme qu’Isaho n’éprouve pas un grand amour pour Tilam. Il s’agit ni plus ni moins de tolérance. Alors qu’avec le chien précédent, la relation était tout autre.

Isaho me dit : « J’aime bien Virginie. Elle s’occupe bien de moi. Et nous sommes proches. Les autres se fichent un peu de moi. Ils ne sont pas méchants, mais c’est comme si je n’étais pas là. »

Souffre-t-il de cette situation ? Il me répond qu’il fait sa vie, mais parfois il apprécierait d’être un peu moins « transparent ».

Je le questionne au sujet de ses pipis…

Isaho me répond vivement : « Je veux être à sa place. Moi aussi j’existe ! J’attends de ma famille que l’on s’occupe plus de moi ! »

Il ajoute : « Virginie aussi. Plus d’attention, s’il vous plaît ! Je veux plus de place. Je veux exister !!! »

Lorsque je lui demande si c’est un message qu’il veut que Virginie comprenne, qu’elle est trop investie pour tout le monde (notamment en tant que maman) et qu’elle a du mal à trouver sa place, sa réponse est directe et rapide : « Oui !!! »

Les animaux veulent attirer notre attention sur un sujet précis par des comportements inadéquats (pipis à des endroits non appropriés, destruction des objets appartenant à une personne précise, agressivité, etc). C’est l’effet miroir.

Il ajoute que si elle veut être heureuse, Virginie doit changer des choses, s’accorder plus de temps pour exister : « Elle fait trop de choses en ce moment. C’est trop lourd !»

Lorsque je lui transmets ce message, Virginie acquiesce : elle a le sentiment de ne plus exister, de s’oublier totalement, et ne le supporte plus. En même temps, cela ne fait que confirmer ce qu’elle pensait : il y a quelques années, elle avait traversé une phase plus ou moins identique. Et Isaho avait également commencé à faire pipi hors de sa litière.

Je termine ma communication avec Isaho en lui demandant de réintégrer sa litière puisque Virginie va considérer son message et faire évoluer positivement sa vie.

Je l’invite même à recommencer si toutefois Virginie oublie ses bonnes résolutions.

Isaho accepte.

Tout est rentré dans l’ordre depuis lors.

Plus d’exemples ? cliquez ici !

>